S'offrir un bout de mur végétal

Depuis quelque temps, ils gagnent du terrain. Les murs végétaux ont le vent en poupe. Vous en avez peut-être aperçu au musée du Quai Branly, au dessus du BHV Homme, à la Gare de Lyon, Gare Magenta (RER E), à l’Hôtel Pershing Hall, Gare du Nord, ou encore rue d’Alsace (qui était le plus grand de tout l’univers il y a encore peu avec ses 1 400 m2).  Voilà en tout cas pour les principaux.

Vous trouvez ces jardins ou écosystèmes verticaux dépaysants, il vous aident à voir la vie en vert, à vous croire à travers champ, en somme vous les trouvez jolis. Oui, mais il n’y a pas que le physique dans la vie. Ce sont en effet de vrais éléments d’écologie urbaine qui jouent un rôle important en matière d’épuration d’eau, de qualité de l’air, de protection et de sauvegarde des insectes et autres animaux – voire même en matière d’insonorisation. Ce n’est donc pas rien.

Et c’est un parisien (y’a de quoi être un peu chauvin parfois), qui en a inventé la version actuelle et réalisé la plupart de ceux cités. J’ai nommé monsieur Patrick Blanc, botaniste et chercheur au CNRS. Vous pouvez d’ailleurs l’écouter dans l’émission À voie nue de France Culture, où il a été interviewé plusieurs fois durant 1 semaine. (Merci Domi pour le tuyau).

Bon, redescendons un peu de notre nuage là, car il n’est pas question ici de s’offrir un mur de la sorte, mais un bout de mur seulement, le mieux étant l’ennemi du bien. Dans le jargon, on les appelle des “tableaux végétaux”. So chic et de quoi se consoler donc. Vous pouvez aussi le préférer carré, rectangulaire, oval, longiligne, en céramique, en bois ou en métal, et dans la couleur de votre choix. Et on peut choisir le support ainsi que les plantes que l’on y veut “encadrer”. Pour les plus feignants, sachez que cela ne nécessite que  peu d’entretien.

Une rapide recherche Google vous permettra de voir que beaucoup de boîtes s’y sont mises. Voici mon petit chouchou et le pionner en la matière : Flower Box, 54 rue des Archives, Paris 4, ou encore juste- (en ligne ou chez leurs revendeurs). A partir de 28€. La Campagne à Paris, c’est juste là :

Agrandir le plan

Vous avez aussi le choix chez Small Garden. A partir de 49€. On aime surtout leurs suspensions dites “plantes à l’envers”, à 29,90 €. Et c’est uniquement en ligne.

Enfin, pour conclure sur une note toute en verticalité, voici les jardinières suspendues suédoises, pour la modique somme de 4,99 €. Dans la famille Ikea, je demande le fils, Skurrar.

A vous de jouer les artistes en herbe.

Laisser un commentaire.

Tagged with:
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>