Aller guincher chez Gégène

“A Joinville le Pont / Pon ! Pon ! / Tous deux nous irons / Ron ! Ron ! / Regarder guincher / Chez chez chez Gégène”. Si ces quelques paroles ne vous disent rien, il faut absolument que vous écoutiez la chanson dont elles sont extraites, mais surtout que vous courriez découvrir chez Gégène, The guinguette des bords de Marne, à seulement quelques stations de RER de Paris.

Chez Gégène, c’est à la fois un restaurant et une salle de danse : on y mange des moules-frites et des tartes aux fraises sur des nappes à carreaux, on y boit du vin blanc, on y écoute de l’accordéon sous les tonnelles les pieds presque dans l’eau, et on y guinche, pardi !

Chez Gégène

Pour la petite histoire, le Gégène, c’est Eugène Favreux, qui installe sa roulotte en 1918 sur les bords de Marne. Et c’est un peu le roi de la fête ce Gégène ! Chez lui, on peut jouer aux boules, à la balançoire, tester sa force sur un boxeur géant (qui est toujours dans le jardinet) et même y voir des dromadaires, et côtoyer ceux qui se promènent le long de la Marne ou y canotent.  Vous imaginez la carte postale. Je continue. A l’époque, Joinville-le-Pont est le futur Saint-Denis du cinéma, c’est-à-dire la cité dédiée à la discipline. Et notre Gégène est aussi à la tête de la cantine des studios de cinéma alentours. C’est comme ça que notre guinguette devient The place to be pendant les Années Folles. Puis on y vient ensuite durant la seconde guerre pour oublier les galères. Mais l’autre tournant majeur se produit en 1953 (Un indice s’est caché dans le préambule) : quand Roger Pierre écrit la fameuse chanson “Joinville-le-Pont”, mise en musique par Etienne Lorin et chantée par Bourvil. La chanson signe la naissance d’un mythe. Pléthore d’artistes passera alors chez Gégène : Yvonne Printemps, Jean Gabin, Jean-Louis Trintignant, Guy Marchand, Robert Doisneau, et j’en passe. La piste de danse cirée accueillera aussi bon nombre de défilés, mesdames.

Faîtes donc un bond dans le temps et déjeunez, que dis-je guinchez, dans ce lieu connu comme le loup blanc. Une chose est sûre, vous ne mourrez pas de faim ! Et avec un peu de chance, dans la grande salle intérieure, vous pourrez vous joindre à tout plein de petits vieux venus danser valses et musettes.

L’adresse : 162 bis quai de Polangis,  Allée des Guinguettes,  94340 Joinville-le-Pont. La Campagne à Paris, c’est juste là :


Agrandir le plan

Le restaurant est ouvert d’avril à fin septembre, du mercredi midi au dimanche soir inclus, ainsi que pas mal de jours fériés (services de 12h à 14h30 et de 19h à 22h). La guinguette est ouverte tous les week-ends d’avril à novembre (le samedi de 21h à 2h et le dimanche de 15h à 19h, et c’est 17€ avec une conso gratuite sans alcool). Des événements à thèmes, déjeuners ou dîners dansants sont même organisés.

Côté transports, en venant de Paris, si vous n’avez pas de voiture,  il faut prendre le RER A direction Boissy Saint Léger et s’arrêter à Joinville-le-Pont. Là, deux options s’offrent à vous : soit vous prenez le bus 101 à la gare, soit vous y allez à pied (ce que je vous recommande), en traversant le pont de Joinville (le fameux), et en prenant le deuxième escalier sur votre gauche, pour longer les bords de Marne. Vous ne pourrez pas manquer chez Gégène.

C’est kitch et bonheur !

Crédits photo : le Blog de Captainhaka et Chez Gégène

Laisser un commentaire.

Tagged with:
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>