Faire son alcool maison

Dans le temps, chacun préparait ses alcools maison. Dans les villages de France, existaient même parfois des alambiques partagés, qui étaient ouverts quelques jours par an pour que chacun réalise ses vins et liqueurs. Cette époque est certes résolue, mais il est encore possible de réaliser ses alcools maison au gré des saisons. Cela aide, qui plus est, à tenir l’hiver.

Au gré des saisons et des régions. En fonction des saisons, on peut varier les plaisirs. Parmi tant d’autres, les citrons se ramassent en hiver, les fruits de myrte en décembre, janvier ou février, le génépi se cueille entre la fin juillet et la mi-août, les noix avant la Saint-Jean (24 juin). Ensuite toutes ces dates s’ajustent suivant les régions (selon l’ensoleillement et les précipitations). Le mieux est de profiter de vos week-ends et voyages aux 4 coins de la France pour ramener de bons produits du terroir. Et si la cueillette n’est pas votre truc, vous en trouverez peut-être en sachet dans les marchés locaux.

Les outils. Les outils indispensables pour faire votre alcool maison sont les suivants :
- des bidons (d’eau minérale par exemple), bocaux (comme ceux “Le Parfait”), bonbonnes ou bouteilles pour la macération et/ou la dégustation
- un entonnoir
- des filtres à café ou une passoire
- de jolies étiquettes
- des petits verres à liqueur anciens chinés chez Emmaüs ou dans un vide grenier.
- A savoir, on peut dénicher de l’alcool de fruits à 40° chez certains Nicolas, Petits Casino et autres Monoprix. Pas si facile que cela à trouver, d’autant que les pharmacies n’en commercialisent plus.

Alcool maison

Les recettes. Arrêtons de tourner autour du pot. Voici quelques idées de recettes à réaliser vous même :

1) Liqueur de Myrte du maquis Corse

- Récolter les feuilles et les fruits ou uniquement les fruits et les mettre à sécher. Enlever ensuite le gros des feuilles.
- Pour 1L de liqueur, faire macérer 75cl d’eau de vie ou d’alcool de fruits avec 50g de myrtes séchés dans un bocal hermétique pendant 5 semaines, en remuant de temps en temps.
- Mélanger cette préparation à 20cl d’eau de source et 250g de sucre.
- Filtrer et mettre en bouteille
- Déguster

2) Limoncello de Menton

- Cueillir 6 citrons non traités
- Enlever soigneusement le zeste des citrons en larges lamelles. Conserver uniquement l’écorce jaune.
- Pour 1L de liqueur, faire macérer, dans un bocal, 1L d’eau de vie ou d’alcool de fruits avec les zestes de citrons pendant 4 semaines à l’abri de la lumière.
- Filtrer et mettre en bouteille
- Ajouter 40 sucres
-Déguster

liqueurs maison

3) Genepi des Hautes-Alpes ou la règle des 40

- Récolter 40 brins de génépi. Mais attention tout de même : sachez que le génépi ne pousse qu’au dessus de 2000 mètre d’altitudes (c’est là qu’on est content d’avoir un oncle alpiniste, ndlr), mais aussi que seule la tige du brin doit être coupée et qu’il est interdit de les arracher (l’opinel est votre ami). Aussi, pensez à bien compter vos brins car la cueillette du génépi est limitée à 100 brins par personne et est même interdite dans certains coins. Et  vous risquez une belle amende.
- Pour 1 litre de liqueur de génépi, faire macérer 40 brins de génépi, avec 40 sucres (vous pouvez descendre à 35) dans 1 litres d’eau de vie ou d’alcool de fruits pendants 40 jours.
- Filtrer et mettre en bouteille
- Déguster

4) Vin de noix du Sud-Est

- Pour 6 litres de vin, cueillir 40 noix vertes avec la coque ni formée ni dure. La noix doit être encore molle.
- Laver les noix. Enfiler un tablier, mettre les noix dans un sac congélation (pour éviter les tâches), refermer le sac et casser les noix à l’aide d’un marteau.
- Dans un bocal, faire macérer pendant 1 mois 1/2 les noix cassées, 5 litres de vin rouge corsé, 1 litre d’eau de vie ou d’alcool de fruits, 1 kg de sucre cristallisé, 1 clou de girofle, 1 bâton de cannelle, 1 gousse de vanille coupée en deux dans le sens de  la longueur. Agiter régulièrement.
- Filtrer et mettre en bouteille.
- Ne pas déguster avant Noël, et même attendre si possible que le vin “ait fait ses Pâques”.

5) Rhum arrangé des Antilles

- Pour 1L de Rhum (par exemple du 3 Rivières), faire macérer 1 ou 2 gousses de vanilles découpées en deux dans le sens de la longueur, 1 bâton de cannelle, du sucre de cannes et des fruits, selon votre convenance. Nos préférés ? : Rhum banane plantain, Rhum figues, Rhum fruits de la passion (sans la peau !). Le site Rhumsarrangés.fr propose ses meilleures recettes selon les fruits de saison.
- Laisser reposer à l’abri de la lumière au minium 3 mois (on parle de minimum car plus c’est long, plus c’est bon !)
- Déguster (sans filtrer)

A votre âge, ce ne devrait plus être un mystère, mais on vous rappelle tout de même que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération donc.

Santé !

Laisser un commentaire.

Les commentaires sont fermés.